Reve d'avion

Blog d'un pilote de ligne

Haute couture

Fil de laine
La nature recèle de symétries en tous genres, cette notion est omniprésente dans l'univers et le monde du pilotage n'y échappe pas.

La symétrie du vol est une notion bien particulière. Outre la vérification de la symétrie la plus parfaite possible de l'aéronef lors de la visite prévol, un pilote s'acharne durant le vol à maintenir son appareil dans une attitude symétrique. La commande utilisée pour cette tâche est le palonnier, qui agit sur la gouverne de direction d'un aéronef : c'est le contrôle sur l'axe de lacet.
Voler symétriquement, c'est simplement conserver son avion dans le lit du vent, le fuselage parallèle à l'écoulement de l'air qui l'entoure. Si une dissymétrie apparait, certains effets indésirables peuvent intervenir, le plus fâcheux étant le départ en vrille. Cette dernière n'est pas fatale si elle est corrigée, mais on l'évite un maximum car dans certaines phases du vol elle peut être très embêtante. Notamment à l'approche de l'atterrissage où la hauteur au-dessus du sol est réduite et laisse moins de marge pour rétablir l'avion sur une trajectoire classique. Accessoirement, la vrille et ses dérivées sont des figures de voltige qui, bien maitrisées, ravissent les spectateurs. Moi le premier.

Pour contrôler cette symétrie, les avions disposent d'une simple bille se déplaçant dans un tube courbé, le but étant de la laisser au milieu de ce dernier.
En planeur, cette symétrie est encore plus importante, et l'instrument utilisé est encore plus basique : c'est le fil de laine. Comme le montre la photo, le fil rouge est collé sur la verrière, ainsi toujours visible du pilote. S'il est parallèle au fuselage du planeur, le pilote est satisfait. Si le fil ne l'est plus, le pilote corrige puis redevient heureux.

Bref, un exemple éloquent de la redoutable efficacité d'un système simple et basé sur le bon sens.

Commentaires
Articles précédents...